vendredi, décembre 31, 2010

Ce passage là était vraiment bien.

Et si, comme des inconscients, on se laissait envahir par le passé. Si on se laissait ressasser le passé, en vain. De ce qu'on a pu faire, ce qu'on aurait du faire. Et ce que je n'ai pas fait. Entre les regrets et l'amertume, je pense à toi. A nos souvenirs qui ne cessent de revenir, qui traversent mon corps, de ma tête aux tripes, en bousculant mon cœur a chaque passage. Je regrette et je préserve un coeur un peu trop fragile sans doute, qui n'a pas su où aller. Tant pis, à minuit, le passé grandira encore, et nous on criera combien on était bien. A ce moment là.